Connectez-vous

Joke Visser présente : "Souvenirs de jeunesse" ! Ou comment les jeunes filles d'hier s'initiaient aux ouvrages de dames

C'est à une ballade sentimentale, artistique, pédagogique et technique que nous convie la papesse des broderies anciennes. En effet, pour la première fois, elle expose à l'Aiguille en Fête ces rubans d'ouvrages bouleversants qui escortaient la vie des écolières d'antan.


Chaque Souvenir de ma jeunesse retrace l'évolution technique de l'élève au fil des années de scolarité…
Chaque Souvenir de ma jeunesse retrace l'évolution technique de l'élève au fil des années de scolarité…
À l’école, la grande majorité des jeunes filles apprenait la couture et la broderie. La couture pour réparer les vêtements, le linge de maison et le linge de corps ; la broderie (essentiellement le point de croix) pour marquer la linge.

Et, de fait, elles apprenaient presque toutes les techniques distillées dans la bible des ouvrages de dames, des différents points de broderie en passant par les point de crochet, ou encore de tricot…

Toute une vie d'écolière sur un rouleau de tissu relatant l'apprentissage des diverses techniques...

Joke Visser présente : "Souvenirs de jeunesse" ! Ou comment les jeunes filles  d'hier s'initiaient aux ouvrages de dames
Mais pour les jeunes filles de la grande bourgeoisie ou de la noblesse, les choses ne se passaient pas de la même manière. Pour elles, pas d'école communales ou de lycées, mais des Institutions ou des pensionnats triés sur le volet.

Joke Visser présente : "Souvenirs de jeunesse" ! Ou comment les jeunes filles  d'hier s'initiaient aux ouvrages de dames
Là, c'est moins le geste utile qui est enseigné que le beau geste, la technique artistique précise, minutieuse et valorisante. En effet, ces jeunes filles ne se contentent pas d'apprendre le point de croix, elles découvrent toutes les techniques de broderie traditionnelle.

Joke Visser présente : "Souvenirs de jeunesse" ! Ou comment les jeunes filles  d'hier s'initiaient aux ouvrages de dames
Si elles suivent cet enseignement, c'est moins pour leur permettre de réparer plus tard le linge de maison que pour leur donner une formation artistique qui leur permettra de se distraire lorsqu'elles seront adultes et mères de famille…

Joke Visser présente : "Souvenirs de jeunesse" ! Ou comment les jeunes filles  d'hier s'initiaient aux ouvrages de dames
Très tôt, les fillettes apprenaient leurs premiers points et les réalisaient sur des petits carrés de tissus qu'elles montaient les uns à la suite des autres... Ainsi, au fil des années, elles "greffaient" sur le morceau précédent, les nouveaux exercices qu'elles avaient réalisés... avec des entre-deux qui permettaient d'ajouter de nouvelles bandes de tissu.

Joke Visser présente : "Souvenirs de jeunesse" ! Ou comment les jeunes filles  d'hier s'initiaient aux ouvrages de dames
Bien évidemment, plus elles grandissaient en âge, en sagesse et en technicité, plus les exercices devenaient sophistiqués.

Joke Visser présente : "Souvenirs de jeunesse" ! Ou comment les jeunes filles  d'hier s'initiaient aux ouvrages de dames
A la fin de sa scolarité, après avoir réuni les multiples pièces des différents exercices réalisées durant toutes ces années, la jeune fille se retrouve à la tête d'un rouleau pouvant atteindre sept mètres de long.

Joke Visser présente : "Souvenirs de jeunesse" ! Ou comment les jeunes filles  d'hier s'initiaient aux ouvrages de dames
Ce « Souvenir de ma Jeunesse » se transforme en authentique chef d'oeuvre, lorsqu'il est réalisé par les jeunes femmes qui suivent un enseignement pour devenir institutrice en ouvrage de dame !



Joke Visser présente : "Souvenirs de jeunesse" ! Ou comment les jeunes filles  d'hier s'initiaient aux ouvrages de dames
Ainsi, pour les vrais amateurs des techniques de broderie, ces "Souvenirs de ma jeunesse" sont considérés de véritables trésors.



27/01/2010