Broder pour survivre en Afghanistan, la grande exposition témoignage à L'Aiguille en Fête 2008

Aider les femmes du village de Laghmani (situé au nord de Kaboul) à survivre, ou pour être très précis, à ne pas mourir de faim, telle était la mission que s'était fixée primitivement « l'Association humanitaire germano-afghane de Fribourg en Brisgau ». Aujourd'hui, la mission évolue et vise le développement de programmes scolaires ou médicaux...


Au coeur du pays afghan, Saira et sa soeur avec leurs carrés brodés...
Au coeur du pays afghan, Saira et sa soeur avec leurs carrés brodés...

De fait, peu à peu, le concept d'aide alimentaire d´urgence a évolué pour aboutir au lancement et à la prise en charge des projets de construction et de réhabilitation d’écoles ainsi que d´aide au développement. Tous les membres de l´association humanitaire germano-afghane travaillent bénévolement et les projets sont presque exclusivement financés par des dons. Caritas international, Misereor et Terre des Femmes participent financièrement dans le cas de très gros projets.

Aujourd'hui, tous ces efforts ont déjà permis de réhabiliter et de construire dix écoles, d'ouvrir deux centres pour femmes où elles peuvent prendre des cours de couture, de broderie ainsi que d’alphabétisation, de soutenir des veuves nomades, de donner à deux cents femmes la possibilité de gagner de l'argent (et d'être considérées par leur famille (projet Goldenberg), de construire un poste de santé à côté d’Adraskan, de parrainer plus de 150 enfants qui peuvent se rendre à l´école (s´ils ne recevaient pas d´argent, ces enfants seraient obligés de travailler...

Examen de broderie du côté de Laghmani
Examen de broderie du côté de Laghmani

Un concours original pour financer des projets humanitaires

Depuis 2004, des femmes de Laghmani (village situé dans la province au nord de Kaboul) brodent des carrés de 8 x 8 cm dans le cadre d’un projet d’entraide de la DAI (l’association humanitaire Deutsch-Afghanische-Initiative e.V. à Fribourg en Brisgau – Allemagne). Grâce à la vente de leur travail de broderie, ces femmes contribuent de manière substantielle aux finances familiales.

Ces carrés brodés sont à considérer comme un produit non fini et sont vendus en Europe pour être intégrés à des ouvrages textiles. Ils peuvent être travaillés de façon originale avec les techniques de patchwork traditionnel et contemporain, mais aussi avec d´autres techniques textiles. Le résultat est un produit où non seulement les deux techniques sont combinées mais surtout deux cultures se rejoignent.

C’est cet esprit de curiosité et d’ouverture ainsi que l’envie d’aller à la rencontre d’une autre culture qui représentent la pierre angulaire du concept de l’exposition.

Pour le concours, les oeuvres textiles se devaient d´intégrer un ou plusieurs carrés brodés. Le choix de la technique ou de la combinaison de techniques textiles au sens large était libre ; seules les dimensions maximales étaient imposées : 45 x 60 cm (pris dans la verticale ou l’horizontale). Le travail textile de l´Européenne est à comprendre comme une prolongation et un écho du travail de broderie de l´Afghane, dans lesquels deux formes de travail dialoguent.

Retenues à la suite du concours, ce ne sont pas moins de 220 broderies qui seront amenées à voyager un peu partout pour véhiculer le message de l'association...


CONTEXTE POLITIQUE

Broder pour survivre en Afghanistan, la grande exposition témoignage à L'Aiguille en Fête 2008
L'Afghanistan a été en guerre contre l'URSS de 1979 à 1989, période durant laquelle le Pakistan, les États-Unis, et d'autres pays ont armé les moudjahiddins (« combattants d'Islam ») contre l'URSS. Après le départ des Russes, l'Afghanistan a souffert d'intenses luttes intestines qui ont ruiné le pays.

En 1997, les Talibans - « étudiants en théologie » - encadrés par des groupes armés étrangers de fanatiques ont pris le contrôle du pays (sauf une petite région au nord-est). Ils ont alors restauré une paix relative par la mise en application d'une loi islamique extrêmement sévère fondée sur une stricte application de la Charia, restreignant un grand nombre de libertés individuelles de manière à mettre en place « l'Etat islamique le plus pur du monde ».

En 2004, deux ans après l'intervention internationale, l'Afghanistan est redevenu le premier pays producteur mondial de pavot, dont le latex est utilisé pour produire l'opium et l'héroïne.

Environ 60 % de la population de Kaboul est sans logement. L'instabilité du pays perdure. L'action militaire internationale, décidée par l'Organisation des Nations-Unies (ONU), a cependant permis l'installation de structures pré-démocratiques. Mais tout peut-être à chacun instant remis en question

Geneviève Attinger - France - "Dialogue" - 35 x 40 cm
Geneviève Attinger - France - "Dialogue" - 35 x 40 cm

Commentaires de l'auteur : réaliser un ouvrage en y associant celui d’une autre personne n’est pas facile et plus particulièrement quand il ne peut être le résultat de la communication, de l’échange pour construire une histoire commune. Il ne suffit pas d’accoler
pour faire vivre ensemble deux propositions dans un « tout ». D’où l’idée d’un dialogue avec Fershta, créatrice du carré brodé, à l’origine de ce travail, dialogue qui traduit également pour moi l’importance de la liberté d’expression. Pour rester dans l’esprit du projet, « Dialogue » est réalisé à partir de récupération de T-shirt, travaillé entre autres en découpages et manipulations de fines bandes maintenues entre elles par un travail de couture libre machine très dense.

Anne-Marie Bertrand - France - Avec les mains - 47 x 56 cm
Anne-Marie Bertrand - France - Avec les mains - 47 x 56 cm

Claude Olive - France - Portrait de femme - 60 x 45 cm
Claude Olive - France - Portrait de femme - 60 x 45 cm

Rita Lerch - Suisse - 44 x 59 cm
Rita Lerch - Suisse - 44 x 59 cm

POUR EN SAVOIR PLUS




16/12/2007